Domenico Maria Spinola (1666-1743)

(Doge de 1732 à 1734)

Fils de Cristoforo Spinola, Gouverneur de Corse, il naît à Bastia en 1666 .

Il étudia à Sienne au Collegio dei Tolomei avec ses frères Giorgio (futur Cardinal) et Filippo.

En 1686 il demeure à Gênes où il occupe de nombreuses charges, et épouse Maria Serra, noble génoise. En 1710 il est Ambassadeur extraordinaire auprès de la cour de Joseph Ier de Habsbourg, pour traiter la vente du Marquisat de Finale, acheté plus d’un siècle auparavant (1599) par le roi Philippe III d’Espagne. Il atteint son but en acquérant le fief grâce à ses dons diplomatiques.

Domenico M. Spinola est élu Doge le 29 janvier 1732, le cent sixième de la succession biennale et le cent quarantième de l’histoire de la République, prenant la suite de Francesco M. Balbi. Il alla au bout de son mandat le 29 janvier 1734, et Stefano Durazzo lui succéda.

Les poètes génois de l’Arcadia le célébrèrent de même que la cité, Domenico faisant partie du groupe littéraire sous le pseudonyme de Ormonte.

Son mandat de Doge est marqué par la sanglante guerre de Corse. Les habitants de l’île avaient pris les villes de Bastia, Ajaccio et Calvi, et chassé les génois. Domenico Spinola demande et obtient l’intervention de l’Empereur Charles VI, qui dépêcha huit mille soldats. Ceci coûta à la République trente mille florins par mois pour arriver, en mai 1732, à un armistice instable, qui dura peu.

Les désordres et la haine se poursuivirent bien au-delà de sa charge de Doge. Après son mandat il est élu Gouverneur de Corse et, avec l’appui du Saint Siège, il fit en sorte de faire élire deux Évêques corses de manière à calmer la rage des insulaires. La population accueillit favorablement l’évènement mais cela ne suffit pas à calmer la rébellion. Ceux-ci réclamaient des allègements fiscaux, le droit de porter des armes et de se rassembler sans la présence d’un gouverneur génois.

Domenico M. Spinola mourut en 1743 à Bastia, dans la chambre où il vit le jour, alors que la question corse était encore ouverte.

En bref

(Doge de 1732 à 1734)

Fils de Cristoforo Spinola, Gouverneur de Corse, il naît à Bastia en 1666 .

Il étudia à Sienne au Collegio dei Tolomei avec ses frères Giorgio (futur Cardinal) et Filippo.

En 1686 il demeure à Gênes où il occupe de nombreuses charges, et épouse Maria Serra, noble génoise. En 1710 il est Ambassadeur extraordinaire auprès de la cour de Joseph Ier de Habsbourg, pour traiter la vente du Marquisat de Finale, acheté plus d’un siècle auparavant (1599) par le roi Philippe III d’Espagne. Il atteint son but en acquérant le fief grâce à ses dons diplomatiques.

Domenico M. Spinola est élu Doge le 29 janvier 1732, le cent sixième de la succession biennale et le cent quarantième de l’histoire de la République, prenant la suite de Francesco M. Balbi. Il alla au bout de son mandat le 29 janvier 1734, et Stefano Durazzo lui succéda.

Les poètes génois de l’Arcadia le célébrèrent de même que la cité, Domenico faisant partie du groupe littéraire sous le pseudonyme de Ormonte.

Son mandat de Doge est marqué par la sanglante guerre de Corse. Les habitants de l’île avaient pris les villes de Bastia, Ajaccio et Calvi, et chassé les génois. Domenico Spinola demande et obtient l’intervention de l’Empereur Charles VI, qui dépêcha huit mille soldats. Ceci coûta à la République trente mille florins par mois pour arriver, en mai 1732, à un armistice instable, qui dura peu.

Les désordres et la haine se poursuivirent bien au-delà de sa charge de Doge. Après son mandat il est élu Gouverneur de Corse et, avec l’appui du Saint Siège, il fit en sorte de faire élire deux Évêques corses de manière à calmer la rage des insulaires. La population accueillit favorablement l’évènement mais cela ne suffit pas à calmer la rébellion. Ceux-ci réclamaient des allègements fiscaux, le droit de porter des armes et de se rassembler sans la présence d’un gouverneur génois.

Domenico M. Spinola mourut en 1743 à Bastia, dans la chambre où il vit le jour, alors que la question corse était encore ouverte.

Work Categories