EGLISE ET COUVENT SAN FRANCESCO DA PAOLA, SANCTUAIRE DEI MARINAI (XV siècle)

Salita San Francesco da Paola, 44 – Gênes San Teodoro

Le sanctuaire de San Francesco da Paola abrite une très importante tombe Spinola, située dans la crypte sous le grand autel. Elle conserve la dépouille de Veronica Spinola.

Les photos sont publiées avec la permission du Sanctuaire dei Marinai, Basilique San Francesco da Paola

en bref

Salita San Francesco da Paola, 44 – Gênes San Teodoro

Les photos sont publiées avec la permission du Sanctuaire dei Marinai, Basilique San Francesco da Paola

Le sanctuaire de San Francesco da Paola abrite une très importante tombe Spinola, située dans la crypte sous le grand autel. Elle conserve la dépouille de Veronica Spinola, Princesse de Molfetta, de la branche de San Luca, épouse de l’oncle Gio. Filippo Spinola, Duc de San Pietro en Galatina, enterré à San Nicolò del Boschetto. Le mariage entre Veronica et Gio. Filippo, en plus d’unir deux titres, permet la descendance de la lignée de la branche Spinola de San Pietro.

 

carte

Dans la seconde moitié du XVIIe siècle l’église subit une importante intervention : la reconstruction du presbytère et du chœur en abside. Ceci se déroule en 1669-1670 sur décision de la Princesse Veronica Spinola et de son fils Francesco Maria. La noble dame Spinola pourvoyait à la fois à l’ameublement du chœur avec les stalles en noyer, et à l’aménagement définitif de la route qui montait de Fassolo au Sanctuaire, tracée par les Pères en 1634.

Au cours des travaux de 1669-1670, Veronica Spinola anime la construction, sous le grand autel, d’une crypte tombale destinée à la famille, et fait aménager ce que l’on appelle encore aujourd’hui le « petit palais Spinola », à savoir un appartement qui s’étend au-dessus des dernières chapelles latérales à droite, avec accès direct par le chœur. De ses appartements on peut, aujourd’hui encore, apprécier le paysage enchanteur de l’arc portuaire de Gênes, et c’est ici que la princesse Spinola décida de passer les dernières années de sa vie, retirée de la vie mondaine. La noble dame pouvait également assister  aux célébrations liturgiques de manière privée, grâce à une grille aménagée dans la Chapelle du Saint.

Cette dernière était justement sous le patronage Spinola. En mémoire des multiples œuvres de  bienfaitrice, un cadre la représentant ainsi qu’une plaque commémorative sont placés dans la sacristie.

histoire

Le sanctuaire de San Francesco da Paola s’élève sur une colline, un temps appelé le « Caldetto ». La légende raconte que Francesco da Paola de Calabre, faisant halte à Gênes en 1483 au cours de son voyage pour la France, posa son regard sur la colline dominant la ville à l’ouest, et prophétisa la construction d’une église dédié à Jésus et Marie.

Le premier bâtiment fut achevé en 1494 par l’intervention du noble Ludovico Centurione qui, le 22 octobre 1487, pour le compte et au nom du Frère Francesco et de ses confrères, acheta une maison en ruines et les bois attenants au Caldetto. Par la suite le Sanctuaire fut reconstruit dans un style plus grandiose entre la fin du XVIe siècle et le début du XVIIe. Le lieu demeure lié aux noms de ses illustres bienfaiteurs : Andrea Doria au XVIIe siècle, la noble Veronica Spinola, et au XIXe le Marquis G.B. Lomellini. L’église s’enrichit d’importantes décorations et d’œuvres précieuses, réalisées par de grands artistes de l’époque, qui furent complétées au siècle dernier par les splendides fresques de la voûte centrale.

Il abrite le tombeau de la famille Spinola, dans la crypte sous le grand autel, où sont conservées les dépouilles de : Veronica Spinola (déjà citée), Princesse de Molfetta, morte le 14 février 1688, à l’âge de 63 ans ; Antonio Spinola, fils du Très remarquable Seigneur Duc de San Pietro, mort le 7 mars 1693 à l’âge de trente jours ; Veronica Spinola, fille du Très remarquable Seigneur de San Pietro, morte le 26 janvier, à 12 ans ; Isabella Spinola, Duchesse de San Pietro en Galatina, morte le 4 octobre 1700, à l’âge de 45 ans ; Giovanna Spinola, fille du Très remarquable Seigneur de San Pietro, morte le 19 janvier 1713, à l’âge de 28 ans ; Luca Spinola, fils du Très remarquable Filippo Spinola Prince de Molfetta, mort le 13 octobre 1717 ; Donna Isabella Maria Spinola, fille du Très remarquable Filippo Spinola Prince de Molfetta, morte le 3 novembre 1718, et Monseigneur Fr. Nicolò Antonio Spinola, Duc de San Pietro, Grand d’Espagne, Archevêque de Lepante, mort le 28 janvier 1831.

Veronica Spinola (1625 – 1688), fille de Pellina et de Luca Spinola, elle appartient à la branche des Spinola de San Luca. De son père, Grand d’Espagne, petit-fils de son homonyme qui fut doge en 1551-1552, elle hérite du titre de Princesse de Molfetta. Elle épouse son oncle Gio. Filippo Spinola, Duc de San Pietro en Galatina qui meurt en 1660. Devenue veuve, elle reçoit, avec son fils Francesco Maria en 1669, en patronage ecclésiastique le chœur de l’église avec droit de sépulture (cf. Oberto Castiglione, 13 avril 1669 ; Archivio di Stato, Gênes). Au cours de cette année et lors des suivantes, les travaux appelés « Brève description » et « Décoration » sont accomplis à leurs frais. Le Chapitre provincial du 27 septembre 1671 décide de nommer la princesse Spinola et son fils au titre de « Fondateurs » du couvent pour les avantages qu’ils en ont reçu, comme cela avait été le cas avec le Notable Castiglione, cité à la date du 10 avril 1672. Un portrait et une pierre commémorative furent installés dans la sacristie à la mémoire de la généreuse « Fondatrice » (voir « Décoration » pour la transcription de l’inscription). Cette pierre et le titre conféré sont déterminants dans l’idée répandue selon laquelle l’église dans son ensemble aurait été refaite et agrandie par les seuls Spinola. En réalité le titre de « fondateur » désigne une reconnaissance des mérites et du grand patronage, qui permettent d’être inscrit au titre de bienfaiteur.

decoration

Espace du presbytère, chœur, tribune et autel : par acte du notable Oberto Castiglione en date du 11 juillet 1669 (Archivio di Stato, Gênes), Gio. Pietro Spinola, cousin et mandataire de la princesse Veronica (absente), conviennent avec le maestro Luca Carlone de « construire un nouveau chœur en place même de celui existant qui doit être détruit ». Les plans portent les signatures de Pietro Antonio Corradi et de Luca Carlone. Pietro Antonio Corradi était un architecte lombard qui, pendant plus d’un quart de siècle, après la peste de 1656-57, œuvra à Gênes. Son travail le plus important à Gênes est la construction du Palazzo Rosso.

L’ameublement  du nouveau chœur avec stalles de noyer est l’œuvre d’Andrea Labati di Marsiglia, sur plans du Père Leonardo de Ferrari. D’autre part, les deux tribunes latérales furent commandées à Gio. Andrea Torre (1655-1705), sculpteur sur bois. L’autel, auquel travaille Giacomo Antonio Ponzanelli (1689), est surmonté de deux chérubins en marbre qui devaient probablement soutenir une croix. Devant l’autel, au sol, se dessine un très beau blason en deux parties, représentant pour moitié celui des Spinola pour l’autre celui des Lercari, car comme on le sait, Veronica Spinola descend de ces deux nobles familles.

Portrait de Veronica Spinola et épigraphe commémorative : le portrait est situé dans la sacristie, au-dessus de la porte d’entrée, de même que la plaque commémorative.

Transcription de l’inscription de la pierre commémorative :

« À la gloire du Très Haut et en l’honneur du Grand Patriarche des Minimi, l’effigie de la très remarquable D. Veronica Spinola, Princesse de Molfetta, Matrone, qui par incomparable piété et générosité, en vie éternelle, dans le ciel et dans le cœur des hommes, fondatrice de ce couvent de Jésus Marie, et généreuse bienfaitrice, par Francesco Ravetta, lequel, en signe de respectueuse et perpétuelle gratitude, avec le consentement de RR. PP. ici consacré 1688, 14 février. »

Chapelle du Saint : dans un document non daté (autour de 1755) il apparaît que les Pères demandèrent et obtinrent l’autorisation de décorer la chapelle de marbre de G.B. Spinola, successeur de Diana Spinola, qui en avait acquis le patronage par testament de 1573 ; sur le mur droit de la chapelle on peut lire l’inscription : « D.D. Dianae Spinulae piis manibus perenne doloris monumentum ».

Le grand sculpteur de la cité et de la République, Francesco Schiaffino (1689-1763), réalisa cette précieuse chapelle. Une fresque de Palmieri (1674-1740) orne la voûte de la chapelle.

bibliographie

  • P. Luigi Pancrazi, G.V. Castelnovi, La Basilica di S. Francesco da Paola in Genova, Santuario dei Marinai, Edizione a cura dei Padri Minimi del Santuario, F.lli Pagano, Genova 1971
  • Lauro Magnani (a cura di), Santuario di San Francesco da Paola (Santuario dei Marinai), Guide di Genova n. 20, Sagep Editrice, Genova 1976
  • P. Santo Mortola, Il Santuario di S. Francesco da Paola in Genova, Tip. della Gioventù, Genova 1913
  • F. Alizeri, Guida artistica per la città di Genova, Tip. G. Grondona, Genova 1846-47
  • F. Alizeri, Guida illustrativa del cittadino e del forestiero per la città di Genova e sue adiacenze, Tip. L. Sambolino, Genova 1875
  • E. e F. Poleggi (a cura di), Descrizione della città di Genova da un anonimo del 1818, Sagep Editrice, Genova 1969
  • Altre fonti:
  • http://it.wikipedia.org/wiki/Santuario_di_San_Francesco_da_Paola_(Genova)
  • http://www.stoarte.unige.it/gewiki/index.php/Santuario_di_San_Francesco_da_Paola
Work Categories

externe

interieur

sacristie

pierres tombales Spinola