Luca Spinola (1628-1715)

(Doge de 1687 à 1689)

Fils de Luciano III des Spinola de Luccoli et de Francisca Ferrero di Savona. Son père Luciano III Spinola, feudataire de Pietrabissara et de Dernice, est le fondateur du Palazzo Marchionale de Pietrabissara érigé en 1648 (voir sur le site: http://www.spinola.it/fr/work/palazzo-spinola-di-pietrabissara/).

Luca Spinola naît probablement à Gênes en 1628 et eut neuf frères, dont Carlo IV Spinola qui hérita de son père le titre de Marquis de Pietrabissara.

Luca Spinola est inscrit au Livre d’Or de la Noblesse en 1655 et épouse Vittoria de Marini q. Gerolamo, de laquelle il n’eut pas d’enfants.

Jeune, il s’occupa de la conduite de ses fiefs, et n’assuma que plus tard des charges politiques, diplomatiques et financières pour le compte de la République de Gênes. En 1673 il reçut sa première responsabilité, mais il ne s’investit de manière continue qu’à partir de 1680. Son prestige commença à croître quand, en 1684, les Français bombardèrent Gênes par traîtrise. À cette occasion, le Doge Imperiale Lercari le nomma parmi les sept personnes qui dirigeaient la Giunta di Guerra pour la défense de la patrie, cependant que son frère, Giorgio Spinola était nommé Capitaine des Milices Urbaines. En 1685, la guerre finie, la République l’élut Supremo Sindacatore, et immédiatement après Doge.

Il devint Doge le 27 août 1687, quarante-quatrième de la succession biennale et cent dix-huitième de l’histoire de la République, prenant la suite de Pietro Durazzo. Il alla au bout de son mandat, le 27 août 1689, et Oberto Della Torre lui succéda.

Son mandat se déroule sereinement. Il y eut encore quelques discordances et mésententes  avec la France à propos de la cour pontificale d’Innocent XI Odescalchi et de deux cardinaux génois, Cybo et Casoni. Il limita les célébrations car la cité ressentait encore les blessures infligées par le bombardement.

Les travaux du nouveau môle, sous les fortifications de San Giacomo di Carignano se poursuivirent. Il dut modérer l’orgueil du Duc de San Pietro, des Spinola de Los Balbases, et des Princes Doria qui, forts de leurs titres de Grands d’Espagne, heurtaient tour à tour le peuple et la noblesse.

Son mandat terminé il continua à servir la République jusqu’en 1703, puis se consacra à sa vie privée. Il mourut  en 1715, à 87 ans et fut inhumé en l’église San Gerolamo di Quarto à Gênes.

in breve

(Doge de 1687 à 1689)

Fils de Luciano III des Spinola de Luccoli et de Francisca Ferrero di Savona. Son père Luciano III Spinola, feudataire de Pietrabissara et de Dernice, est le fondateur du Palazzo Marchionale de Pietrabissara érigé en 1648 (voir sur le site: http://www.spinola.it/fr/work/palazzo-spinola-di-pietrabissara/).

Luca Spinola naît probablement à Gênes en 1628 et eut neuf frères, dont Carlo IV Spinola qui hérita de son père le titre de Marquis de Pietrabissara.

Luca Spinola est inscrit au Livre d’Or de la Noblesse en 1655 et épouse Vittoria de Marini q. Gerolamo, de laquelle il n’eut pas d’enfants.

Jeune, il s’occupa de la conduite de ses fiefs, et n’assuma que plus tard des charges politiques, diplomatiques et financières pour le compte de la République de Gênes. En 1673 il reçut sa première responsabilité, mais il ne s’investit de manière continue qu’à partir de 1680. Son prestige commença à croître quand, en 1684, les Français bombardèrent Gênes par traîtrise. À cette occasion, le Doge Imperiale Lercari le nomma parmi les sept personnes qui dirigeaient la Giunta di Guerra pour la défense de la patrie, cependant que son frère, Giorgio Spinola était nommé Capitaine des Milices Urbaines. En 1685, la guerre finie, la République l’élut Supremo Sindacatore, et immédiatement après Doge.

Il devint Doge le 27 août 1687, quarante-quatrième de la succession biennale et cent dix-huitième de l’histoire de la République, prenant la suite de Pietro Durazzo. Il alla au bout de son mandat, le 27 août 1689, et Oberto Della Torre lui succéda.

Son mandat se déroule sereinement. Il y eut encore quelques discordances et mésententes  avec la France à propos de la cour pontificale d’Innocent XI Odescalchi et de deux cardinaux génois, Cybo et Casoni. Il limita les célébrations car la cité ressentait encore les blessures infligées par le bombardement.

Les travaux du nouveau môle, sous les fortifications de San Giacomo di Carignano se poursuivirent. Il dut modérer l’orgueil du Duc de San Pietro, des Spinola de Los Balbases, et des Princes Doria qui, forts de leurs titres de Grands d’Espagne, heurtaient tour à tour le peuple et la noblesse.

Son mandat terminé il continua à servir la République jusqu’en 1703, puis se consacra à sa vie privée. Il mourut  en 1715, à 87 ans et fut inhumé en l’église San Gerolamo di Quarto à Gênes.

Work Categories